Pour répondre à cette question, vous devez
être membre de Doc-étudiant

Si ce n'est pas encore fait ?

Inscrivez-vous !

Qu'est-ce qu'une démarche d'audit et quelle méthode ?

14 Juin 2009 | Comptabilité | Licence

Qu'est-ce qu'une démarche d'audit et quelle méthode ?

Signaler un abus
Salut, je te recommande la lecture de ce document : http://questions.digischool.fr/Comptabilite-qr/Quest-ce-quune-demarche-daudit-et-quelle-methode-9063.html sur questions.digischool.fr.
Qu'est-ce qu'une démarche d'audit et quelle méthode ?

Les réponses à la question Qu'est-ce qu'une démarche d'audit et quelle méthode ?

3

05 Novembre 10h45

quelle sont les modalité de l activité economique
pierre001

pierre001

17 jetons

15 Juin 12h45

�������������������������������������������������������������������� Le responsable de l’audit interne doit gérer efficacement cette activité de façon à garantir qu’elle apporte une valeur ajoutée à l’organisation. Interprétation : L’activité d’audit interne est gérée efficacement quand : • les résultats des travaux de l’audit interne répondent aux objectifs et responsabilités définis dans la charte d’audit interne ; • l’audit interne est exercé conformément à la Définition de l’Audit Interne et aux Normes ; • les membres de l’équipe d’audit agissent en respectant le Code de Déontologie et les Normes. 2010 – Planification Le responsable de l'audit interne doit établir une planification fondée sur les risques afin de définir des priorités cohérentes avec les objectifs de l'organisation. Interprétation : Il incombe au responsable de l’audit interne de développer un plan d’audit fondé sur les risques. Pour se faire, le responsable de l’audit interne prend en compte le système de management des risques défini au sein de l’organisation, il tient notamment compte de l’appétence pour le risque définie par le management pour les différentes activités ou branches de l’organisation. Si ce système de management des risques n’existe pas, le responsable de l’audit interne doit se baser sur sa propre analyse des risques après consultation de la Direction Générale et du Conseil. 2010.A1 – Le plan d'audit interne doit s'appuyer sur une évaluation des risques documentée et réalisée au moins une fois par an. Les points de vue de la Direction Générale et du Conseil doivent être pris en compte dans ce processus. 2010.C1 – Lorsqu'on lui propose une mission de conseil, le responsable de l'audit interne, avant de l'accepter, devrait considérer dans quelle mesure elle est susceptible de créer de la valeur ajoutée, d'améliorer le management des risques et le fonctionnement de l'organisation. Les missions de conseil qui ont été acceptées doivent être intégrées dans le plan d'audit. 2020 – Communication et approbation Le responsable de l'audit interne doit communiquer à la Direction Générale et au Conseil son plan d'audit et ses besoins, pour examen et approbation, ainsi que tout changement important susceptible d'intervenir en cours d'exercice. Le responsable de l'audit interne doit également signaler l'impact de toute limitation de ses ressources. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 11 sur 28 2030 – Gestion des ressources Le responsable de l'audit interne doit veiller à ce que les ressources affectées à cette activité soient adéquates, suffisantes et mises en oeuvre de manière efficace pour réaliser le plan d'audit approuvé. Interprétation : On entend par ressources adéquates, la combinaison de connaissances, savoir-faire et autres compétences nécessaires à la réalisation du plan d’audit. On entend par ressources suffisantes, la quantité de ressources nécessaires à la réalisation du plan d’audit. Les ressources sont mises en oeuvre efficacement quand elles sont utilisées de manière à optimiser la réalisation du plan d’audit. 2040 – Règles et procédures Le responsable de l'audit interne doit établir des règles et procédures fournissant un cadre à l'activité d'audit interne. Interprétation : La forme et le contenu des règles et procédures dépendent de la taille, de la manière dont est structuré l’audit interne et de la complexité de ses travaux. 2050 – Coordination Afin d’assurer une couverture adéquate et d’éviter les doubles emplois, le responsable de l'audit interne devrait partager des informations et coordonner les activités avec les autres prestataires internes et externes d'assurance et de conseil. 2060 – Rapports à la Direction Générale et au Conseil Le responsable de l'audit interne doit rendre compte périodiquement à la Direction Générale et au Conseil des missions, des pouvoirs et des responsabilités de l'audit interne, ainsi que du degré de réalisation du plan d’audit. Il doit plus particulièrement rendre compte : • de l’exposition aux risques significatifs (y compris des risques de fraude) et des contrôles correspondants ; • des sujets relatifs au gouvernement d’entreprise et ; • de tout autre problème répondant à un besoin ou à une demande de la Direction Générale ou du Conseil. Interprétation : La fréquence et le contenu de ces rapports sont déterminés lors de discussions avec la Direction Générale et le Conseil et dépendent de l’importance des informations à communiquer et de l’urgence des actions correctives devant être entreprises par la Direction Générale et le Conseil. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 12 sur 28 �������������������������������������������������� L'audit interne doit évaluer les processus de gouvernement d'entreprise, de management des risques et de contrôle et contribuer à leur amélioration sur la base d’une approche systématique et méthodique. 2110 – Gouvernement d'entreprise L'audit interne doit évaluer le processus de gouvernement d'entreprise et formuler des recommandations appropriées en vue de son amélioration. À cet effet, il détermine si le processus répond aux objectifs suivants : • promouvoir des règles d'éthique et des valeurs appropriées au sein de l'organisation ; • garantir une gestion efficace des performances de l'organisation, assortie d'une obligation de rendre compte ; • communiquer aux services concernés de l'organisation les informations relatives aux risques et aux contrôles ; • fournir une information adéquate au Conseil, aux auditeurs internes et externes et au management, et assurer une coordination de leurs activités. 2110.A1 – L'audit interne doit évaluer la conception, la mise en oeuvre et l'efficacité des objectifs, des programmes et des activités de l'organisation liés à l'éthique. 2110.A2 – L’audit interne doit évaluer si la gouvernance des systèmes d’information de l’organisation soutient et supporte la stratégie et les objectifs de l’organisation. 2110.C1 – Les objectifs de la mission de conseil doivent être en cohérence avec les valeurs et objectifs généraux de l'organisation. 2120 – Management des risques L'audit interne doit évaluer l’efficacité des processus de management des risques et contribuer à leur amélioration. Interprétation : Afin de déterminer si les processus de management des risques sont efficaces, les auditeurs internes doivent s’assurer que : • les objectifs de l’organisation sont cohérents avec sa mission et y contribuent ; • les risques significatifs sont identifiés et évalués ; • les modalités de traitement des risques retenues sont appropriées et en adéquation avec l’appétence pour le risque de l’organisation ; • les informations relatives aux risques sont recensées et communiquées en temps opportun au sein de l’organisation pour permettre aux collaborateurs, à leur hiérarchie et au Conseil d’exercer leurs responsabilités. Les processus de management des risques sont surveillés par des activités de gestion permanente, par des évaluations spécifiques ou par ces deux moyens. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 13 sur 28 2120.A1 – L'audit interne doit évaluer les risques afférents au gouvernement d'entreprise, aux opérations et aux systèmes d'information de l'organisation au regard de: • la fiabilité et l'intégrité des informations financières et opérationnelles ; • l'efficacité et l'efficience des opérations ; • la protection des actifs ; • le respect des lois, règlements et contrats. 2120.A2 - L’audit interne doit évaluer la possibilité de fraude et la manière dont ce risque est géré par l’organisation. 2120.C1 – Au cours des missions de conseil, les auditeurs internes doivent couvrir les risques liés aux objectifs de la mission et demeurer vigilant vis-à-vis de l’existence de tout autre risque susceptible d’être significatif. 2120.C2 – Les auditeurs internes doivent utiliser leurs connaissances des risques acquises lors de missions de conseil pour évaluer les processus de management des risques de l'organisation. 2120.C3 - Lorsque les auditeurs internes aident le management dans la conception et l’amélioration des processus de management des risques, ils doivent s’abstenir d’assumer une responsabilité opérationnelle en la matière. 2130 – Contrôle L’audit interne doit aider l’organisation à maintenir un dispositif de contrôle approprié en évaluant son efficacité et son efficience et en encourageant son amélioration continue. 2130.A1 – L'audit interne doit évaluer la pertinence et l'efficacité du dispositif de contrôle choisi pour faire face aux risques relatifs au gouvernement d'entreprise, aux opérations et systèmes d'information de l'organisation. Cette évaluation doit porter sur les aspects suivants: • la fiabilité et l'intégrité des informations financières et opérationnelles ; • l'efficacité et l'efficience des opérations ; • la protection des actifs ; • le respect des lois, règlements et contrats. 2130.A2 – Les auditeurs internes devraient déterminer dans quelle mesure des buts et objectifs concernant les opérations et les programmes ont été définis et si ces buts et objectifs sont conformes à ceux de l'organisation. 2130.A3 – Les auditeurs internes devraient passer en revue les opérations et les programmes afin de déterminer dans quelle mesure les résultats suivent les buts et objectifs établis et si ces opérations et programmes sont mis en oeuvre ou réalisés comme prévu. 2130.C1 – Au cours des missions de conseil, les auditeurs internes doivent examiner les dispositifs de contrôle relatifs aux objectifs de la mission et être attentifs à l'existence de tout problème de contrôle significatif. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 14 sur 28 2130.C2 – Les auditeurs internes doivent utiliser leurs connaissances des dispositifs de contrôle acquises lors de missions de conseil lorsqu’ils évaluent les processus de contrôle de l’organisation. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 15 sur 28 ���������������������������������������������������������������������� Les auditeurs internes doivent concevoir et documenter un plan pour chaque mission. Ce plan de mission précise les objectifs, le champ d'intervention, la date et la durée de la mission, ainsi que les ressources allouées. 2201 – Considérations relatives à la planification Lors de la planification de la mission, les auditeurs internes doivent prendre en compte : • les objectifs de l'activité soumise à l'audit et la manière dont elle est maîtrisée ; • les risques significatifs liés à l'activité, ses objectifs, les ressources mises en oeuvre et ses tâches opérationnelles, ainsi que les moyens par lesquels l'impact potentiel du risque est maintenu à un niveau acceptable ; • la pertinence et l'efficacité des processus de management des risques et de contrôle de l'activité, en référence à un cadre ou modèle de contrôle approprié ; • les opportunités d'améliorer de manière significative les processus de management des risques et de contrôle de l'activité. 2201.A1 – Lorsqu'ils planifient une mission pour des tiers extérieurs à l'organisation, les auditeurs internes doivent élaborer avec eux un accord écrit sur les objectifs et le champ de la mission, les responsabilités et les attentes respectives, et préciser les restrictions à observer en matière de diffusion des résultats de la mission et d'accès aux dossiers. 2201.C1 – Les auditeurs internes doivent établir avec le client donneur d'ordre un accord sur les objectifs et le champ de la mission de conseil, les responsabilités de chacun et plus généralement sur les attentes du client donneur d'ordre. Pour les missions importantes, cet accord doit être formalisé. 2210 – Objectifs de la mission Les objectifs doivent être précisés pour chaque mission. 2210.A1 – L'auditeur interne doit procéder à une évaluation préliminaire des risques liés à l'activité soumise à l'audit. Les objectifs de la mission doivent être déterminés en fonction des résultats de cette évaluation. 2210.A2 – En détaillant les objectifs de la mission, les auditeurs internes doivent tenir compte de la probabilité qu'il existe des erreurs significatives, des cas de fraudes ou de non-conformité et d’autres risques importants. 2210.A3 – Des critères adéquats sont nécessaires pour évaluer le dispositif de contrôle. Les auditeurs internes doivent déterminer dans quelle mesure le management a défini des critères adéquats pour apprécier si les objectifs et les buts ont été atteints. Si ces critères sont adéquats, les auditeurs internes doivent les utiliser dans leur évaluation. S'ils sont inadéquats, les auditeurs internes doivent travailler avec le management pour élaborer des critères d'évaluation appropriés. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 16 sur 28 2210.C1 – Les objectifs d'une mission de conseil doivent porter sur les processus de gouvernement d'entreprise, de management des risques et de contrôle dans la limite convenue avec le client. 2220 – Champ de la mission Le champ doit être suffisant pour répondre aux objectifs de la mission. 2220.A1 – Le champ de la mission doit couvrir les systèmes, les documents, le personnel et les biens concernés, y compris ceux qui se trouvent sous le contrôle de tiers. 2220.A2 – Lorsqu'au cours d'une mission d'assurance apparaissent d'importantes opportunités en termes de conseil, un accord écrit devrait être conclu pour préciser les objectifs et le champ de la mission de conseil, les responsabilités et les attentes respectives. Les résultats de la mission de conseil sont communiqués conformément aux normes applicables à ces missions. 2220.C1 – Quand ils effectuent une mission de conseil, les auditeurs internes doivent s'assurer que le champ d'intervention permet de répondre aux objectifs convenus. Si, en cours de mission, les auditeurs internes émettent des réserves sur ce périmètre, ils doivent en discuter avec le client donneur d'ordre afin de décider s'il y a lieu de poursuivre la mission. 2230 – Ressources affectées à la mission Les auditeurs internes doivent déterminer les ressources appropriées et suffisantes pour atteindre les objectifs de la mission. Ils s'appuient sur une évaluation de la nature et de la complexité de chaque mission, des contraintes de temps et des ressources disponibles. 2240 – Programme de travail de la mission Les auditeurs internes doivent élaborer et documenter un programme de travail permettant d'atteindre les objectifs de la mission. 2240.A1 – Le programme de travail doit faire référence aux procédures à appliquer pour identifier, analyser, évaluer et documenter les informations lors de la mission. Le programme de travail doit être approuvé avant sa mise en oeuvre. Les ajustements éventuels doivent être approuvés rapidement. 2240.C1 – Le programme de travail d'une mission de conseil peut varier, dans sa forme et son contenu, selon la nature de la mission. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 17 sur 28 �������������������������������������������������������������������������� Les auditeurs internes doivent identifier, analyser, évaluer et documenter les informations nécessaires pour atteindre les objectifs de la mission. 2310 – Identification des informations Les auditeurs internes doivent identifier les informations suffisantes, fiables, pertinentes et utiles pour atteindre les objectifs de la mission. Interprétation : Une information suffisante est factuelle, adéquate et probante, de sorte qu’une personne prudente et informée, pourrait parvenir aux mêmes conclusions que l’auditeur. Une information fiable est une information concluante et facilement accessible par l’utilisation de techniques d’audit appropriées. Une information pertinente conforte les constatations et recommandations de l’audit, et répond aux objectifs de la mission. Une information utile aide l’organisation à atteindre ses objectifs. 2320 – Analyse et évaluation Les auditeurs internes doivent fonder leurs conclusions et les résultats de leur mission sur des analyses et évaluations appropriées. 2330 – Documentation des informations Les auditeurs internes doivent documenter les informations pertinentes pour étayer les conclusions et les résultats de la mission. 2330.A1 – Le responsable de l'audit interne doit contrôler l'accès aux dossiers de la mission. Il doit, si nécessaire, obtenir l'accord de la Direction Générale et/ou l'avis d'un juriste avant de communiquer ces dossiers à des parties extérieures. 2330.A2 – Le responsable de l'audit interne doit arrêter des règles en matière de conservation des dossiers de la mission et ce, quelque soit le support d’archivage utilisé. Ces règles doivent être cohérentes avec les orientations définies par l'organisation et avec toute exigence réglementaire ou autre. 2330.C1 – Le responsable de l'audit interne doit définir des procédures concernant la protection et la conservation des dossiers de la mission de conseil ainsi que leur diffusion à l'intérieur et à l'extérieur de l'organisation. Ces procédures doivent être cohérentes avec les orientations définies par l'organisation et avec toute exigence réglementaire ou autre appropriée. 2340 – Supervision de la mission Les missions doivent faire l'objet d'une supervision appropriée afin de garantir que les objectifs sont atteints, la qualité assurée et le développement professionnel du personnel effectué. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 18 sur 28 Interprétation : L’étendue de la supervision est fonction de la compétence et de l’expérience des auditeurs internes, ainsi que de la complexité de la mission. Le responsable de l'audit interne a l’entière responsabilité de la supervision des missions qui sont réalisées par ou pour le compte du service d’audit interne, mais il peut désigner d’autres membres de l’équipe d’audit interne possédant l’expérience et la compétence nécessaires pour réaliser cette supervision. La preuve de la supervision doit être documentée et conservée dans les papiers de travail. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 19 sur 28 ���������������������������������������������������������������������� Les auditeurs internes doivent communiquer les résultats de la mission. 2410 – Contenu de la communication La communication doit inclure les objectifs et le champ de la mission, ainsi que les conclusions, recommandations et plans d'actions. 2410.A1 – La communication finale des résultats de la mission doit, lorsqu'il y a lieu, contenir l'opinion globale des auditeurs internes et/ou leurs conclusions. 2410.A2 – Les auditeurs internes sont encouragés à faire état des forces relevées, lors de la communication des résultats de la mission. 2410.A3 – Lorsque les résultats de la mission sont communiqués à des destinataires ne faisant pas partie de l'organisation, les documents communiqués doivent préciser les restrictions à observer en matière de diffusion et d'exploitation des résultats. 2410.C1 – La communication sur l'avancement et les résultats d'une mission de conseil variera dans sa forme et son contenu en fonction de la nature de la mission et des besoins du client donneur d'ordre. 2420 – Qualité de la communication La communication doit être exacte, objective, claire, concise, constructive, complète et émise en temps utile. Interprétation : Une communication exacte ne contient pas d’erreurs ou de déformations, et est fidèle aux faits sous-jacents. Une communication objective est juste, impartiale, non biaisée et résulte d’une évaluation équitable et mesurée de tous les faits et circonstances pertinents. Une communication claire est facilement compréhensible et logique. Elle évite l’utilisation d’un langage excessivement technique et fournit toute l’information significative et pertinente. Une communication concise va droit à l’essentiel et évite tout détail superflu, tout développement non nécessaire, toute redondance ou verbiage. Une communication constructive aide l’audité et l’organisation, et conduit à des améliorations lorsqu’elles sont nécessaires. Une communication complète n'omet rien qui soit essentiel aux destinataires cibles. Elle intègre toute l’information significative et pertinente, ainsi que les observations permettant d’étayer les recommandations et conclusions. 2421 – Erreurs et omissions Si une communication finale contient une erreur ou une omission significative, le responsable de l'audit interne doit faire parvenir les informations corrigées à tous les destinataires de la version initiale. 2430 –Utilisation de la mention « conduit conformément aux Normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne » Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 20 sur 28 Les auditeurs internes peuvent indiquer dans leur rapport que leurs missions sont « conduites conformément aux Normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne » seulement si les résultats du programme d’assurance et d’amélioration qualité le démontrent. 2431 – Indication de non-conformité Lorsqu'une mission donnée n'a pas été conduite conformément au Code de Déontologie ou aux Normes, la communication des résultats doit indiquer : • les principes ou les règles de conduite du Code de Déontologie, ou les Normes avec lesquelles la mission n’a pas été en conformité ; • la ou les raisons de la non-conformité ; • l'incidence de la non-conformité sur la mission et sur les résultats communiqués. 2440 – Diffusion des résultats Le responsable de l'audit interne doit diffuser les résultats aux destinataires appropriés. Interprétation: Le responsable de l'audit interne ou son délégué revoient et approuvent le rapport définitif avant qu’il ne soit émis, et décident à qui et de quelle manière il sera diffusé. 2440-A1 – Le responsable de l'audit interne est chargé de communiquer les résultats définitifs aux destinataires à même de garantir que ces résultats recevront l'attention nécessaire. 2440-A2 – Sauf indication contraire de la loi, de la réglementation ou des statuts, le responsable de l'audit doit accomplir les tâches suivantes avant de diffuser les résultats à des destinataires ne faisant pas partie de l'organisation : • évaluer les risques potentiels pour l'organisation ; • consulter la Direction Générale et/ou, selon les cas, un conseil juridique ; • maîtriser la diffusion en imposant des restrictions quant à l'utilisation des résultats. 2440-C1 – Le responsable de l'audit interne est chargé de communiquer les résultats définitifs des missions de conseil à son client donneur d'ordre. 2440-C2 – Au cours des missions de conseil, il peut arriver que des problèmes relatifs aux processus de gouvernement d'entreprise, de management des risques et de contrôle soient identifiés. Chaque fois que ces problèmes sont significatifs pour l'organisation, ils doivent être communiqués à la Direction Générale et au Conseil. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 21 sur 28 �������������������������������������������������������������������������������������� Le responsable de l'audit interne doit mettre en place et tenir à jour un système permettant de surveiller la suite donnée aux résultats communiqués au management. 2500-A1 – Le responsable de l'audit interne doit mettre en place un processus de suivi permettant de surveiller et de garantir que des mesures ont été effectivement mises en oeuvre par le management ou que la Direction Générale a accepté de prendre le risque de ne rien faire. 2500-C1 – L'audit interne doit surveiller la suite donnée aux résultats des missions de conseil conformément à l'accord passé avec le client donneur d'ordre. Normes Professionnelles de l’Audit Interne Applicables au 1er janvier 2009 Page 22 sur 28
taleb09

taleb09

1 jeton

15 Juin 07h27

Démarche générale d'audit comptable et financier en France: un contrôle général, s’appliquant à l’ensemble de la comptabilité, en vue d'en vérifier la régularité et la sincérité, est indispensable ; telle est la mission, légale ou contractuelle, de l’auditeur des comptes. Les missions d'audit des comptes annuels: Le contrôle légal et le contrôle contractuel : le contrôle légal s’applique en vertu d’une disposition légale obligatoire. Il peut s’exercer à l’initiative d’un juge. Le contrôle contractuel peut être demandé par l’entreprise ou par des tiers. Les objectifs sont différents. Le contrôle légal obligatoire: Les sociétés de capitaux telles les sociétés par actions, SA, SCA et SAS sont soumises au contrôle légal, quelle que soit leur taille. (loi du 1er mars 1984). Le contrôle légal facultatif: Ce contrôle est décidé par les associés ou par le juge. Dans les SNC et SCS non soumises au contrôle légal obligatoire, les associés peuvent désigner un C.A.C. à l’unanimité ou à une majorité prévue dans les statuts. Dans les SARL, les associés peuvent nommer un C.A.C. à l’AG, à la majorité ordinaire. Le contrôle contractuel: La demande de ce contrôle peut être effectué par l’entreprise ou par des tiers. Ce contrôle doit respecter les normes de l’OEC (Ordre des experts-comptables). Toute information comptable et financière peut avoir des conséquences graves sur l’entreprise, aussi est-il nécessaire pour les dirigeants de s’assurer de la sincérité des informations. Le contrôle interne : Définition donnée par les experts-comptables, en congrès en 1977 : le contrôle interne est l’ensemble des sécurités contribuant à la maîtrise de l’entreprise. Il a pour but d’assurer la protection, la sauvegarde du patrimoine et la qualité de l’information d’une part et de l’autre, l’application des instructions de la direction, et de favoriser l’amélioration des performances. Le contrôle externe: Les missions des C.A.C. sont définies, pour l’essentiel par la loi de 1966 (vérification de la comptabilité et certification des comptes). Une même personne ne peut pas être E.C. et C.A.C. d’une même société. Le contrôle externe s’effectue en deux temps : contrôle de la tenue des comptes, examen des documents de synthèse (bilan, compte de résultat, annexe). Le but est de s’assurer que les principes comptables fondamentaux sont respectés. En premier lieu, le réviseur estime un risque d'audit pour pouvoir planifier ses vérifications. Parmi ces procédures de vérification, il fait un examen analytique, en effectuant les contrôles suivants : validité des documents comptables, contrôle par recoupements internes et externes, contrôles des évaluations (méthodes comptables), contrôles physiques (stocks, immobilisations …). Ces contrôles sont réalisés de manière intégrale ou par sondage. Les missions d’audit des comptes annuels peuvent être demandées par l’entreprise elle-même ou par des tiers. La mission générale du C.A.C. est : vérification de la comptabilité, certification des comptes. Certification des comptes: La certification des comptes est la mission principale des C.A.C. Les C.A.C. sont nommés par l’AGO (assemblée générale ordinaire), ils rendent compte de leur mission à cette AG, en présentant un rapport de certification. À la suite de ses contrôles et en application de la loi du 24 juillet 1966, le C.A.C. intervient dans certaines entreprises pour assurer aux actionnaires, aux salariés et aux tiers que les comptes annuels sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé, ainsi que de la situation financière du patrimoine de l’entité à la fin de cet exercice.
mabsil

mabsil

0 jeton

Donnez votre réponse agrave; la question Qu'est-ce qu'une démarche d'audit et quelle méthode ?

Noter la réponse

Nouvelles questions de Comptabilité

rachben75

12 points

13 Mars 00h03 | Comptabilité

Bonjourma question concerne la comptabilité ?

Ma question concerne le plan comptable français j'ai besoin de précision sur la différences entre les c...

jeanste...

30 points

23 Janvier 21h57 | Comptabilité

Quels est la différent entre l’amortissement...

merci de m'aider a faire la différence entre l'amortissement et la provision. en fait c'est deux mo...

jeanste...

30 points

20 Janvier 19h25 | Comptabilité

Salut, j'aimerai savoir quel est le rôle d'un...

j'aimerai juste savoir le role principale d'un comptable dans une entreprise , quel s'il fait, to...

jeanste...

30 points

16 Janvier 20h16 | Comptabilité

Quels est la definition d'un flux externe ...

merci de me repond. j'aimerai savoir la vrai definition , je suis un etudiants en finance comptab...

dorimin

19 points

02 Juillet 00h41 | Comptabilité

Quel thème pour mon mémoire dans le secteur ba...

Actuellement j'effectue un stage dans une banque et on m'a affecté à la comptabilité plus précisément aux...

Je m'inscris