Pour répondre à cette question, vous devez
être membre de Doc-étudiant

Si ce n'est pas encore fait ?

Inscrivez-vous !

quels sont les grands courants de la pensee economique?

10 Janvier 2009 | Economie | BTS

quels sont les grands courants de la pensee economique?

Signaler un abus
Salut, je te recommande la lecture de ce document : http://questions.digischool.fr/Economie-qr/Quels-sont-les-grands-courants-de-la-pensee-economique-2902.html sur questions.digischool.fr.
quels sont les grands courants de la pensee economique?
esposé

Les réponses à la question quels sont les grands courants de la pensee economique?

9

26 Novembre 15h50

la physiocratie l'ecole classique l'ecole neo-classique l'ecole keynésienne et les contemporains
hime-sama

hime-sama

3 jetons

01 Juillet 19h42

Le courant libéral avec A. Smith Le courant keynesien Le courant marxiste
didoune74

didoune74

1 jeton

02 Juillet 10h27

1. Les grands courants de la pensée économique L’économie est une science qui s’est constitué au fil du temps en réponse aux problèmes spécifiques à chaque période. On peut distinguer trois vagues dans l’établissement de la pensée économique moderne (trois étages dans la construction de l’édifice que constitue la science économique). 1. Une véritable réflexion économique a vu le jour au XVI° siècle avec les mercantilistes. Elle s’est épanouie à la fin du XVIII° et au début du XIX° siècle avec les classiques. 2. L’analyse néo-classique (fin XIX°, début XX°) puis la théorie keynésienne (années 30 puis après-guerre) ont ensuite profondément renouvelé la pensée économique. 3. Depuis le début des années 1970 de nouveaux courants de pensée continuent à faire progresser la science économique. 1.1 La pensée économique du XVI° au XIX° siècle 1.1.1. Le mercantilisme et le libéralisme de l’école classique Les mercantilistes ont prôné l’intervention de l’Etat. Les limites de leurs prescriptions ont été mises en évidence à partir du XVIII° siècle par les libéraux de l’école classique. Enfin, la critique socialiste est une critique plus radicale de l’économie. 1.1.1.1. Le mercantilisme Le mercantilisme est le courant de pensée dominant au XVI et XVII° siècle. Le mercantilisme regroupe un ensemble d’auteurs (espagnols, français, anglais, italiens) qui ont élaboré, au cours des XVI et XVII° siècles, des régles de politique économique. Ces règles avaient pour but essentiel d’affirmer la puissance nationale en tenant compte des profonds bouleversements ayant marqué cette époque dans les domaines économique, institutionnel et culturel. • Domaine économique : grandes expéditions et grandes découvertes, essor de l’activité commerciale, nouvelles marchandises en Europe (thé, café, cacao, tabac, tomate, maïs…). Afflux important d’or et d’argent en provenance du nouveau monde. • Domaine institutionnel : essor des nationalités, formation des Etats modernes. • Domaine culturel : Renaissance, Réforme entrainent la laïcisation du Monde. Modification des mentalités : la richesse, le goût du luxe et des arts, le bien-être, condamnés par le Moyen-Age chrétien se trouvent réhabilités. Les mercantilistes considèrent que l’Etat doit attirer et conserver sur le territoire national les métaux précieux qui constituent, à leurs yeux, la principale richesse indispensable au développement de l’activité économique. Pour obtenir de l’or ou de l’argent, un pays doit vendre d’avantage à l’étranger qu’il n’achète, c’est à dire faire en sorte d’obtenir une balance commerciale favorable. Les mercantilistes préconisent pour cela une politique protectionniste (création de droits de douane, instauration de règles diverses pour les instaurations de produits étrangers, suventions pour favoriser les exportations). Les mercantilistes recommandent également au gouvernants de faciliter le développement des manufactures pour accroître le volume des exportations et décourager (se substituer à) l’importation de produits étrangers. En France, cette politique a été appliquée par Colbert (Colbertisme ou industrialisme). Ce dernier a utilisé la puissance réglementaire de l’Etat pour favoriser le développement de l’économie nationale. 1.1.1.2. Le libéralisme de l’école classique. L’Europe occidentale connaît de profondes mutations des structures mentales, techniques et institutionnelles au XVIII° siècle. • Les structures mentales se modifient sous l’influence du libéralisme et de l’individualisme. Si elle a dans un premier temps favorisé l’essor de l’économie en France, la politique mercantile s’avère décevante en raison des rigidités qu’elle entraîne dans le fonctionnement de l’économie : la multiplication des règlements dans l’industrie et le commerce freine les initiatives privées, perturbe l’activité économique. L’ordre économique artificiellement établi par les règlementations est alors contesté par le courant de pensée libérale qui vante les bienfaits d’un régime de liberté. Il convient de noter que cette réaction contre les principes mercantilistes s’inscrit dans le courant philosophique de l’époque (les Lumières en France, les individualistes en Angleterre). • Dans le domaine technique, véritable révolution. Emploi de plus en plus important des machines dans les divers secteurs de production. Au niveau de l’entreprise, regroupement de la main-d’œuvre dans des fabriques avec une division du travail sans cesse plus poussée. • La mutation brutale des structures institutionnelles : de nouvelles bases juridiques favorisent l’essor du capitalisme. Engendrée par la Révolution, cette transformation est consacrée par le Code civil et par le Code du commerce. Deux éléments fondamentaux de cette nouvelle conception juridique : le droit de propriété et le principe de liberté économique. La majorité des économistes de l’époque rejètent toute intervention de l’Etat dans la vie économique. L’école Classique anglaise Adam Smith (1723-1790) « Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations » (1776) peut être considéré comme le texte fondateur de la pensée économique libérale et même de l’économie politique et de la science économique. Adam Smith considère que la poursuite de l’intérêt individuel (la tendance de chaque homme à améliorer sans cesse son sort) aboutit, au niveau de la nation, à la meilleure des organisations économiques. Le mobile égoïste qui sous-tend les actions de chaque individu engendre au niveau national des effets bénéfiques en réalisant l’intérêt général. Les individus agissent comme si ils étaient conduits à leur insu par une main invisible. Sur le plan de la politique économique, Smith est un libéral hostile à l’intervention de l’Etat dans le domaine économique et un partisan du libre-échange en matière de commerce international. Les restrictions aux importations engendrent, selon lui, une mauvaise répartition du capital (vers des secteurs non productifs) et une insuffisante division du travail (au niveau international). Les incitations aux exportations entraînent une structure économique moins efficace que celle qui résulte du libre jeu des phénomènes naturels. Cependant, Smith n’écarte pas l’intervention de l’Etat pour ce qui concerne la protection du pays (A rmée), l’organisation de la justice, l’entretien des infrastructures (routes, ports). David Ricardo (1772-1823) « Principes de l’économie politique et de l’impôt » (1817) Ricardo s’oppose également à toute intervention de l’état, notamment dans le domaine social. Toute mesure qui vise à relever les salaires provoque un accroissement du nombre de chomeurs. Il étudie les échanges internationaux : « théorie des coûts comparés ». Il explique la division internationale de l’activité économique et examine les avantages économiques qui peuvent en résulter. Il préconise l’établissement du libre-échange afin que chaque nation se spécialise dans la production où elle détient un « avantage comparatif ». L’école Classique française C’est principalement Jean-Baptiste Say (1767-1832) ! Say énonce la célèbre loi des debouches selon laquelle “l’offre crée sa proper demande”. Toute production d’un bien offert sur le marché donne lieu à une distribution de revenus que les titulaires vont utiliser intégralement pour demander des biens d’une valeur identique. « Les produits s’échangent contre des produits » et « dans toute Nation, plus les producteurs sont nombreux et les productions multipliées, et plus les débouchés sont faciles, variés et vastes ». Toute offre représente une demande en puissance. Les crises générales de sur-production sont impossibles : l’intervention de l’Etat n’est pas nécessaire.
juvenaluck

juvenaluck

-1 jeton

(6)

Donnez votre réponse agrave; la question quels sont les grands courants de la pensee economique?

Noter la réponse

Nouvelles questions de Economie

aliffe

6 points

09 Février 11h10 | Economie

Quelle est la différence entre un marché finan...

afin de mieux suivre l'évolution de l'endettement public, il est nécessaire de suivre le rythme d'eng...

Wasp06

6 points

30 Janvier 13h50 | Economie

Comment apprendre les bases d'analyse fina...

Bonjour tout le monde! Etant en deuxième année de licence d'économie et gestion j'ai un cours de diag...

mayou279

12 points

11 Janvier 18h22 | Economie

Bonjour, une bonne année, la différence entre ...

Cette question a déjà été posée, cependant connaissant mes formules par coeur (Valeur actuelle et acqui...

Ciboulo

87 points

17 Juin 09h26 | Economie

Qu'est-ce qu'une zone franche urbaine ?

Bonjour s'il vous plait est-ce que quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est une zone franche urbaine ...

lobnasa...

1 point

27 Mai 16h11 | Economie

J'ai besoin des documents concernants le m...

j'ai besoin des documents concernants le merchandising dans les grands surfaces:origines,définition...

Je m'inscris