Pour répondre à cette question, vous devez
être membre de Doc-étudiant

Si ce n'est pas encore fait ?

Inscrivez-vous !

Je voudrais quelques informations sur les congés payés. ?

19 Août 2010 | Ressources humaines | BTS

Je voudrais quelques informations sur les congés payés. ?

Signaler un abus
Salut, je te recommande la lecture de ce document : http://questions.digischool.fr/Ressources-humaines-qr/Je-voudrais-quelques-informations-sur-les-conges-payes-39156.html sur questions.digischool.fr.
Je voudrais quelques informations sur les congés payés. ?
Bonjour? Je suis dans une entreprise qui compte les jours de congés d'une façon que je trouve étrange. La comptable nous compte les samedis dans les jours de congé et m'a dit que c'était normal vu qu'il prenait exemple sur la cour de cassation ou quelque chose dans le style. je voulais savoir combien de methode y-a-t-il pour les congés payés? Merci d'avance.

Les réponses à la question Je voudrais quelques informations sur les congés payés. ?

2

19 Août 11h23

Tout salarié a droit à des congés payés, dès lors qu’il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à un minimum de 10 jours de travail effectif .Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C’est l’employeur qui organise, selon certaines règles, les départs en congés. Pendant les congés : * l’employeur verse au salarié une indemnité de congés payés, * si le salarié tombe malade, la durée des congés n’est pas en principe prolongée, * s’il y a un jour férié habituellement chômé, la durée des congés est prolongée d’une journée.
amal4u

amal4u

4 jetons

19 Août 11h06

Les congés payés désignent les périodes de congé pendant lesquelles le salarié est payé par l'employeur a priori en raison d'une obligation légale. Apparus en France le 20 juin 1936 et en Belgique dès le 8 juillet suivant, les congés payés sont une innovation sociale majeure dont certaines prémices étaient apparues dans des conventions collectives en Allemagne dès le début du XXe siècle. Le nombre de congés payés obligatoires varie de pays à pays. Les conventions collectives, négociées entre le patronat et les syndicats de salariés, garantissent souvent un nombre de jours de congés payés supérieur au minimum légal. En France, seuls les salariés bénéficient des congés payés. Les travailleurs non salariés et les professions indépendantes, qui n'ont ni patron ni salaire, n'ont donc logiquement pas de ressources quand ils ne travaillent pas. Pour tous les bénéficiaires, les congés payés sont proportionnels au temps de travail réalisé pendant l'année de référence. Pour la plupart des salariés, cette année est la période comprise entre le 1er juin de l'année précédente et le 31 mai de l'année en cours. Exemple : Pour les congés 2009, l'année de référence est comprise entre le 1er juin 2008 et le 31 mai 2009. Pour d'autres salariés (ceux qui bénéficient d'une caisse de congés payés, EDF, etc.), l'année de référence court du 1er avril au 31 mars. Dans un arrêt du 26 juin 2001, la Cour de Justice des Communautés Européennes a jugé que l’article 7§1 de la directive du 23 novembre 1993 concernant certains aspects de l'aménagement du temps de travail interdit à un état membre d’adopter une réglementation nationale prévoyant que les salariés ne commencent à acquérir un droit à congé annuel payé qu’à la condition d’avoir accompli une période minimale de travail ininterrompu auprès d’un même employeur. On pouvait dès lors s’interroger sur la compatibilité de cette directive avec l’article L. 223-2 du Code du travail français qui subordonne le droit à congés payés à l’accomplissement d’un temps de travail effectif d’au moins un mois chez le même employeur. Dans un arrêt du 7 mars 2007, la Cour de cassation met fin aux interrogations soulevées par la décision de la CJCE. La Haute Cour juge en effet que « la directive n° 93/104/CE du 23 novembre 1993 qui fixe des prescriptions minimales de sécurité et de santé en matière d'aménagement du temps de travail, ne s'oppose pas à ce que l'ouverture du droit à congés payés soit soumise à la condition de l'accomplissement d'un travail effectif durant la période de référence ». Il en résulte que le salarié dont le contrat a été suspendu en raison d’un accident du travail et n’a accompli aucun travail effectif au cours de la période de référence ne bénéficie d’aucun droit à congé pour cette période. En effet, les périodes limitées à une durée d’un an pendant lesquelles le contrat de travail est suspendu pour cause d’accident du travail ou de maladie professionnelle ne sont pas assimilées à du travail effectif pour le calcul du droit à congé payé[4]. Le droit au congé payé est déterminé en fonction des jours de travail effectif accomplis. Ainsi un salarié, même présent depuis plus d'un an, peut avoir moins que les cinq semaines légales. Généralement, les périodes de suspension du contrat de travail ne sont pas assimilables à du travail effectif (absence pour maladie, absence pour convenance personnelle, congé parental d’éducation, congé sabbatique, congé pour création d'entreprise, etc.). Toutefois, la loi (entre autres, l'article L. 223-4 du code du travail français) prévoit que certaines absences sont considérées comme du temps de travail effectif pour le calcul de la durée des congés acquis : congés pour maternité (le congé paternité et le congé d'adoption ne sont pas cités par les textes mais semblent devoir être assimilés au congé pour maternité) ; congés pour événements familiaux (naissance, mariage, décès, etc.) ; congés de formation professionnelle ; absences pour accident du travail et maladie professionnelle, dans la limite d’un an ; périodes de maintien ou de rappel sous les drapeaux et journée d'appel de préparation à la défense. Les conventions collectives ou les accords d'entreprise peuvent aussi prévoir des dispositions plus favorables qui assimilent des temps de travail non effectif à du temps de travail effectif. C'est souvent le cas des arrêts maladies indemnisés par l'entreprise, par exemple. Durée Au préalable, il est important de définir 2 notions : jours ouvrables : ce sont les jours travaillables dans l'entreprise, généralement du lundi au samedi. jours ouvrés : ce sont les jours réels d'ouverture de l'entreprise, généralement du lundi au vendredi. La durée légale du congé annuel en France est de cinq semaines. La pratique veut que chaque salarié bénéficie de 5 lundi, mardi, mercredi, etc. Il est conseillé aux employeurs de veiller à ce que chaque salarié ne se voie pas décompter plus de 5 fois le jour ouvrable non travaillé (généralement le samedi). Dans le système de calcul dit "des jours ouvrables", les jours de congés s'acquièrent à raison de 2,5 jours ouvrables par mois de travail effectif dans la limite de 30 jours. La notion de mois de travail effectif correspond à 4 semaines de travail effectives. (Un salarié ayant travaillé 48 semaines sur les 52 d'une année bénéficiera donc de ses 5 semaines de congés payés). Le nombre de jours de congés calculé doit toujours être arrondi à l'unité supérieure. Dans le système du décompte "des jours ouvrés", chaque salarié acquiert 2,08 jours de congés par mois de travail effectif dans la limite de 25 jours. La seule obligation pour ce type de décompte est qu'il ne soit pas plus défavorable aux salariés que le système des "jours ouvrables". L'entreprise fonctionne selon une de ces deux méthodes et l'applique à tous les salariés. La date de départ de congé d'un salarié débute au premier jour où il aurait dû et n'a pas travaillé et se finit à la veille du jour de reprise. Exemple de décompte : Le salarié s’absente une semaine : en jours ouvrables : 6 jours de congés payés lui sont décomptés ; en jours ouvrés : 5 jours de congés payés lui sont décomptés. Les salariés à temps partiel bénéficient des mêmes droits à congé que les salariés à temps plein et le décompte se fait selon les mêmes modalités (Principe des 5 semaines de congés et non de 30 jours ouvrables). Le salarié n'ayant pas épuisé son solde de jours de congés payés en perd le bénéfice au-delà de l'année de référence suivant celle justifiant les droits acquis : tout congé non pris à l'issue de cette année est perdu. Des exceptions existent et concernent : le salarié n'ayant pas eu la possibilité d'épuiser son droit à congé en raison de son employeur ou pour congé de maternité (voir jurisprudence européenne) ; le personnel originaire de départements ou de territoires d'outre-mer ou de pays étrangers, pour lequel des regroupements de période de congés sont possibles pour compenser l'éloignement. Enfin l'employeur a toujours la possibilité d'accorder le report du solde des jours non pris. À noter à cet égard que le bulletin de paye faisant figurer le report est considéré comme une autorisation tacite de l'employeur (jurisprudence de la Cour de cassation du 30/03/1999, 97-41257). Indemnisation Pour le calcul de l'indemnisation des congés payés, on utilise soit la règle du maintien du salaire, soit la règle du dixième. Des deux, on retient la plus favorable au salarié. Dans cette dernière règle dite du dixième, il est retenu le montant des salaires perçus durant la période d'acquisition des congés. Seules les sommes perçues rémunérant du travail effectif sont retenues. Les primes de noël, de vacances, participation, etc. ne sont pas prises en compte. Les éléments de rémunération annuels sont également exclus (ex : 13e mois, sauf si cette gratification est constante, fixe et générale). Le montant obtenu est ensuite multiplié par 1/10 pour obtenir l'indemnisation correspondant au nombre de jours total acquis. Exemple : Un salarié perçoit 1 400 euros brut par mois et a travaillé durant toute la période de référence. Ce dernier bénéficie donc de 30 jours de congés. Indemnité = (1 400 x 12) x 1/10 = 1 680 ⇒ soit 56 euros par jours ouvrables de congés (1 680 / 30 jours) Le code du travail français précise que le salarié prenant des congés payés doit percevoir une indemnisation au moins égale à ce qu'il aurait perçu s'il avait travaillé. C'est ce qu'on appelle la règle du maintien de salaire. Le montant de ce que le salarié aurait dû percevoir se calcule en prenant pour référence le salaire de la période précédent le départ en congé. (Dans la pratique, les entreprises retiennent souvent le mois de la prise effective de congé). Il y a donc lieu de faire les 2 calculs et de retenir la méthode la plus avantageuse pour le salarié. La même méthode doit être retenue pour l'ensemble des congés relatifs à une période ; savoir quelle est la plus avantageuse n'est généralement possible qu'au moment du solde des congés. Pour ces raisons, il est usuellement pratiqué la méthode du maintien de salaire puis une régularisation lors du solde. La méthode du dixième est en principe plus avantageuse pour le salarié sauf en cas d'augmentation significative. Au niveau du bulletin de salaire, l'absence pour congés payés est déduite du salaire, l'indemnité est ajoutée. Pour simplifier les bulletins de salaire, il est admis par l'administration que l'entreprise ne fasse pas apparaître la diminution et l'indemnité lorsque la règle du maintien est appliquée. Cette tolérance n'est permise que s'il est fait mention de l'application de la règle du maintien. Le bulletin de salaire doit comporter le nombre de jours de congés payés pris par le salarié et le nombre de jours qu'il lui reste à prendre. Si un salarié quitte l'entreprise avant d'avoir pris tous ses congés payés (démission, licenciement, etc.), ceux-ci lui sont versés sous forme d'une indemnité appelée indemnité compensatrice pour congés non pris.

Donnez votre réponse agrave; la question Je voudrais quelques informations sur les congés payés. ?

Noter la réponse

Nouvelles questions de Ressources humaines

SARAHASH

6 points

07 Février 15h15 | Ressources humaines

Bonjour, je recherche un thème pour mon mémoir...

Au sein de mon entreprise je gère une boite d'intérim ainsi que toute la partie contractuel du groupe...

tichoubel

16 points

15 Mai 12h29 | Ressources humaines

Quelles sont les différentes étapes du recrute...

Les différentes étapes avant, pendant et après le recrutement. question relative au domaine des ressour...

hitoxx

6 points

01 Mai 17h37 | Ressources humaines

Lien entre l’analyse de poste et les autre...

quel est le lien qui existe entre l’analyse des poste et les autres fonctions de la gestion des r...

coumbelle

1 point

30 Octobre 14h22 | Ressources humaines

Quelles peuvent être les failles d'un système ...

C'est dans le cadre de mon memoire en master 2 de gestion des ressources humaines. je voudrais r...

momimima

2 points

02 Juillet 02h59 | Ressources humaines

Quels sont les impacts de l'absentéisme ?

je veux savoir les résultats qui naissent de l'absentéisme,et comment influencent les ouvriers et le ...

Je m'inscris